Baptême d’un enfant

Le baptême des enfants

Les petits-enfants (- de 3 ans)

Les baptêmes ont lieu, sauf exception, durant la messe de 11h. La préparation est organisée en deux parties : un vendredi de 20h30 à 22h15 suivi du dimanche matin de 9h30 à 12h30.

Normalement, il est préférable de présenter un enfant au baptême dans la paroisse du lieu d’habitation afin que la famille continue son lien avec cette communauté paroissiale. Si le baptême de votre enfant devait être célébré en dehors de la paroisse, nous vous remettrons à l’issue de Cycle de Préparation un document destiné à la paroisse où sera célébré ce baptême.

Dates des préparations (2020–21) : 9–10 oct, 20–22 nov, 4–6 déc, 8–10 jan, 5–7 fév, 5–7 mars, 7–9 mai et 11–13 juin.

Pour vous inscrire ou plus d’information, contactez Virginie Marot.


Enfants et jeunes-adolescents (7–13 ans)

Les enfants peuvent faire une expérience personnelle de Dieu, découvrir la foi et demander à devenir chrétien. Lors de la cérémonie du baptême, ils devront exprimer eux-mêmes leur foi au Christ et leur désir personnel de le suivre. C’est pourquoi, quand ils demandent le baptême, avec l’accord de leurs parents, une préparation spécifique leur est proposée. A la mesure de leur liberté grandissante, les enfants doivent manifester peu à peu le détermination à vivre en chrétien. Pendant un an et demi environ, ils viendront régulièrement au Catéchisme ou à l’Aumônerie.

En plus du catéchisme, quatre rencontres spécifiques sont prévues le dimanche matin de 10h à 12h30. La retraite de préparation aura lieu du 16 au 18 avril 2021 (départ, vendredi en fin de journée).

La célébration des baptêmes des plus de 7 ans aura lieu le dimanche 6 juin 2021.

Pour inscrire votre enfant ou plus d’information, contactez Virginie Marot.


Pourquoi baptiser un bébé ?

Dans l’Église catholique, la tradition de baptiser les tout-petits enfants est très ancienne. Le bébé est baptisé dans la foi chrétienne de ses parents, parrain et marraine. Ces quatre adultes doivent eux-mêmes professer leur foi chrétienne lors du baptême de leur enfant. Quand il aura grandi, il lui sera demandé d’assumer lui-même la foi de son baptême, lors de sa profession de foi.

Parfois, certains parents sont réticents à faire baptiser leur enfant bébé pour lui laisser la liberté de poser lui-même un choix lorsqu’il sera plus grand ; en fait, c’est précisément parce qu’enfant aura reçu la grâce du baptême et qu’il aura appris peu à peu en vivre concrètement par une éducation chrétienne et le catéchisme, qu’il pourra, le moment voulu, se déterminer personnellement et librement.

Par ailleurs, baptiser un petit enfant dans la foi de la communauté chrétienne et de ses parents, c’est manifester dans la relation entre l’homme et Dieu, ce n’est pas la démarche humaine (le choix et la conversion) qui est première, c’est toujours Dieu qui a l’initiative : « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi ; mais c’est moi qui vous ai choisis » (Jn 15,16). Dieu aime les petits enfants avant que ces-derniers ne le connaissent : « Laissez venir à moi les petits enfants » (Mt 19,14).


Le baptême : une vie nouvelle

La beauté du baptême

Si seulement nous découvrions pleinement le vrai visage de Dieu ! Si seulement nous pouvions cesser de douter de sa bonté ! Si seulement nous pouvions avoir l’assurance qu’après une faute grave un pardon est offert et une vie nouvelle est toujours possible ! Si seulement nous pouvions recevoir de Dieu la grâce de continuer à aimer, à pardonner, et à espérer, lorsque nos propres forces atteignent leurs limites. Si seulement nous pouvions goûter la joie à laquelle nous aspirons de tout notre cœur ! Si seulement…

En son Fils, Dieu est venu à la rencontre des attentes des hommes pour accomplir sa promesse : « je vous donnerai un cœur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau, j’ôterai de votre chair le cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair. Je mettrai mon esprit en vous et je ferai que vous marchiez selon mes lois et que vous observiez et pratiquiez mes coutumes » (Ez 36,26–27). « Cœuroici l’alliance que je conclurai […]. Je mettrai ma Loi au fond de leur être et je l’écrirai sur leur cœur. Alors je serai leur Dieu et eux seront mon peuple. […] tous me connaîtront, des plus petits jusqu’aux plus grands  » (Jr 31,33–34).

Jésus a vécu notre condition humaine en toute chose, à l’exception du péché ; il est passé en faisant le bien et a révélé le visage du Père ; il a été plongé dans la mort et est ressuscité le troisième jour. Ce qu’il a vécu, il l’a fait « pour nous et pour notre salut ».

Les effets du baptême

Par le baptême nous pouvons accueillir personnellement cette grâce d’une vie nouvelle avec lui qu’il nous a acquise et qu’il nous offre. «  Ensevelis avec lui lors du baptême, vous êtes aussi ressuscités avec lui  » (Col 2,11–13), « Baptisés dans le Christ, vous avez revêtu le Christ » (Gal 3,27) écrivait saint Paul. Le mot baptême signifie plongé. Ainsi, quand le baptisé est plongé dans l’eau, il est baptisé dans l’Esprit Saint, dans l’Amour de Dieu. « Je vous baptise dans l’eau, avait annoncé Jean Baptiste au sujet de Jésus, lui vous baptisera (plongera) dans l’Esprit Saint et le feu » (Mt 3/11, Jn 1/33). « Que chacun se fasse baptiser au nom de Jésus Christ pour la rémission de ses péchés et vous recevrez alors le don du Saint Esprit » (Act. 2/38, Act. 10/44–48).

Les différents effets du Baptême sont signifiés par les éléments sensibles du rite sacramentel. La plongée dans l’eau fait appel aux symbolismes de la mort et de la purification, mais aussi de la régénération et du renouvellement. Les deux effets principaux sont donc la purification des péchés et la nouvelle naissance dans l’Esprit Saint (cf. Ac 2, 38 ; Jn 3, 5). (Catéchisme n. 1262).

Une vie nouvelle !

« Le Baptême, c’est quand Jésus est né dans mon cœur » disait un jour un petit enfant de cinq ans. Avec ses mots il avait entrevu que le baptême inaugure une vie nouvelle. D’une part, le Baptême nous purifie de tout le mal que nous avons pu accomplir auparavant. D’autre part, il restaure et fortifie en nous la capacité à vivre pleinement dans l’amour et la confiance à l’égard de Dieu et de notre prochain.

Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, Mère Theresa de Calcutta, Sœur Emmanuel, l’Abbé Pierre et tant d’autres sont des chrétiens qui ont pleinement vécu des grâces reçues au jour de leur baptême ! Au jour du baptême, Dieu dépose dans le cœur un trésor… qui demeure si souvent inexploité ! On peut recevoir ce don magnifique du baptême à tout âge ! C’est simple : il suffit de le désirer, de le demander, de s’y préparer et de le recevoir !

Les commentaires sont clos.