Quelles ques­tions posées par notre situa­tion actuelle

Ces quelques lignes viennent complé­ter la très bonne vidéo du Père Bernard pour les enfants. J’ai­me­rai complé­ter ses réponses simples, en leur appor­tant quelques éléments d’ap­pro­fon­dis­se­ment.

  • L’épi­dé­mie est-elle une puni­tion de Dieu ?

La réponse est non, dans le sens où : Dieu n’a pas créé le virus il y a quelques mois pour punir les hommes de tous les péchés qu’ils commettent depuis de nombreuses années. Il est clair cepen­dant que le mal dans le monde, est lié plus géné­ra­le­ment au mal que les hommes commettent chaque jour. Il n’y aurait pas de mal, et proba­ble­ment pas de virus nocif, s’il n’y avait jamais eu de péché. Cepen­dant, il ne faut pas cher­cher un lien immé­diat de causa­lité entre le mal que je subis aujourd’­hui et celui qui j’au­rai commis hier. Dans le contexte du virus, cela revien­drait à dire, que, celui est porteur sain est sans péché, tandis que celui qui souffre beau­coup est un grand pécheur. On comprend que ce serait absurde de raison­ner ainsi.

En revanche, quand je vois du mal, il est clair que le Seigneur m’in­vite à m’in­ter­ro­ger sur celui dont je suis la cause. Par exemple, quand je vois un auto­mo­bi­liste conduire n’im­porte comment, je suis invité à m’in­ter­ro­ger sur ma propre manière de conduire (vitesse exces­sive, manque d’at­ten­tion…). Main­te­nant, quand je vois quelqu’un griller un feu, je peux me dire qu’il faudrait de mon côté que je roule plus douce­ment, mais je ne vais pas conclure que c’est Dieu qui a fait griller le feu à cette personne, pour que je prenne conscience de mon manque de prudence. Il est en de même pour toute sorte de mal. Le virus peut m’in­ter­pe­ler sur ce qui dans ma vie méri­te­rait d’être ajusté. De manière très concrète, ce fléau pourra deve­nir pour moi, une source de conver­sion.

Vous pouvez égale­ment écou­ter l’ho­mé­lie de dimanche dernier  de notre Arche­vêque où il parle notam­ment de ce sujet.

  • Pourquoi Dieu ne fait-il pas de miracle ?

Là-encore, le Père Bernard de Saint-Joseph-des-Nations donne de très bonnes réponses. La première est que les pensées de Dieu restent au-dessus des nôtres, donc, on ne peut pas donner une réponse abso­lue à cette ques­tion.

J’ajou­te­rai égale­ment que Dieu peut faire des miracles et qu’Il en fait. Mais il est peu commun dans l’his­toire, que Dieu use de son bras puis­sant pour effa­cer en un instant toutes les erreurs commises par les hommes. Ça sera en appa­rence très pratique, mais ça nous reti­re­rait toute forme de respon­sa­bi­lité. D’autre part, Dieu est souvent discret et préfère inter­ve­nir à nous aidant, en nous envoyant des frères pour nous aider… Si nous trou­vons rapi­de­ment un trai­te­ment, certains verront une aide de Dieu par le talent et l’ins­pi­ra­tion qu’il aura donné aux diffé­rents acteurs de cette décou­verte (et le carac­tère provi­den­tiel qu’ils aient exploré une bonne piste), d’autres y verront simple­ment le talent et la chance.

Cepen­dant, ayons l’au­dace de deman­der au Seigneur des miracles, pour les cher­cheurs, pour le person­nel soignant, pour les malades, pour les mourants. Dieu est bon et misé­ri­cor­dieux, Il peut nous exau­cer. Et si Dieu ne nous exauce pas ? Nous ne savons pas ce que Dieu a donné, car ce n’est pas toujours ce que nous deman­dons, mais si nous deman­dons une guéri­son et qu’à la place le Seigneur prépare la personne à partir dans la paix pour entrer dans son Royaume, n’est-ce pas un miracle plus grand encore ? N’ou­blions pas non plus de le remer­cie quand nous exauce !

Père Philippe

Tous les commen­taires (argu­men­tés) ou les ques­tions sont les bien­ve­nus !

Les commentaires sont clos.